La tête sous l'eau - Young-Adult | Thriller


Très chers pépins, 

Est-ce que vous aussi, parfois, il vous arrive d'acheter un livre uniquement parce que celui-ci est court ? 
Personnellement, je plaide coupable. Je traîne parfois en librairie dans le but de découvrir les dernières sorties littéraires et plus un livre est petit, plus j'ai envie de le lire... Il arrive que ce ne soit pas une très bonne idée, mais de temps en temps je découvre de jolies perles !
  
Le livre dont je vais vous parler aujourd'hui fait partie de ces perles-là, il m'a été envoyé par l'équipe de la Collection R que je remercie grandement pour sa confiance !



Broché : 16.00€ | Ebook : 11.99€

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. 
Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. » Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour parmi nous mais on n’en avait pas terminé.
 
Mon avis :

D'habitude je ne lis pas ce genre d'histoires parce que je sais pertinemment que je vais être au fond du trou après avoir refermé définitivement le livre. 
La tête sous l'eau c'est ce livre qui vous vide de toute énergie une fois le récit achevé, c'est ce livre qui vous essore jusqu'à ce qu'on ne puisse plus tirer aucune émotion de vous. La tête sous l'eau n'a pas été une lecture facile, bien que le format m'ait permis de le lire d'une seule traite en une journée. 

Léa a disparue. Depuis ce fameux concert où son oncle était chargé de garder un œil sur elle, Léa n'a plus donné signe de vie. 
"Léa est morte", ce sont les pensées qui assaillent son frère depuis sa disparition. Les chances de la retrouver en vie sont infimes, mais il garde espoir.
Seulement, lorsque Léa revient, le soulagement et le bonheur de la revoir parmi eux est de courte durée, le calvaire est loin d'être terminé.

Le récit se déroule en Bretagne, à Saint lunaire, là où la famille de Léa a décidé de déménager avant sa disparition. L'ambiance est glaciale, la brise est cinglante, le silence est pesant.
Le début de l'histoire est un peu décousu, comme si le narrateur peinait à mettre de l'ordre dans sa tête. J'ai trouvé très perturbant de ne connaître son prénom qu'au milieu de l'histoire d'ailleurs, comme si l'auteur ne voulait le rendre acteur de l'histoire qu'à partir du moment où son prénom serait dévoilé. Avant cela, c'est Léa qui est au centre des attentions, même quand elle n'est pas là. Le narrateur subit sa disparition, quitte à devenir presque invisible pour son entourage au fil des pages. C'est une histoire très douloureuse, l'histoire d'un garçon qui retrouve sa grande sœur après des mois d’inquiétude. L'histoire d'une jeune femme qui vit un véritable cauchemar  depuis son enlèvement et même à son retour auprès de sa famille.

Olivier Adam sait utiliser les mots justes. C'est avant tout un drame familial avant d'être un thriller, selon moi. Le côté dramatique et bouleversant de La tête sous l'eau prend le dessus sur l'aspect thriller de l'histoire. J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur a exploité les personnages et la manière dont le narrateur raconte l'histoire. Je pense que c'était un parti pris risqué de raconter l'histoire de cette manière, mais pour moi cela a été réussi avec brio.  Le récit du narrateur est couplé avec des lettres écrites par Léa a un destinataire dont nous ne connaîtront l’identité qu'à la toute fin de l'histoire, ce qui alimente davantage le mystère autour de la jeune fille et de son enlèvement.

Si j'ai adoré la manière dont l'histoire est racontée, j'ai eu un peu plus de mal avec les personnages, qui ne m'ont pas semblé pleinement présents dans le récit. Le narrateur, dont je ne vous dévoilerai pas le nom, raconte bien son histoire et j'ai été plus touchée par lui que par Léa. En revanche, je ne me suis pas sentie proche de l'un où de l'autre. 
Ce que j'ai aimé également dans les personnages, c'est que tous les profils ont été explorés afin de proposer des personnages parfaitement imparfaits qui montrent chaque type de réaction face à une telle situation.

La tête sous l'eau est de ces livres qui marquent et qui touchent en plein cœur. J'ai été transportée par la plume d'Olivier Adam et même si je n'ai pas eu le coup de cœur que beaucoup ont eu à sa lecture, je vais certainement lire d'autres de ces livres.


Si vous avez aimé la saga Outliers et que vous aimez les thrillers glaçants et émouvants, vous aimerez La tête sous l'eau.


Un roman aussi poignant que touchant


Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s'abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. A cet instant c'est exactement ce que j'attends d'elles. Qu'elles m'assomment. Me foutent la tête sous l'eau. Me passent au Kärcher. Me nettoient de fond en comble. Et finissent par m'effacer tout à fait. Remis à neuf, essoré, liquidé.

1 commentaire:

Fourni par Blogger.