La Passe-miroir, tome 1 | Young Adult - Fantasy

Par Pip&Pulp - samedi 18 novembre 2017

Très chers pépins, 

Décembre et Noël approchant, je vous propose aujourd'hui la chronique d'un roman que j'ai découvert l'année dernière et qui m'avait transportée à cette période de l'année. 


Vous avez sûrement entendu parler de la saga La Passe-Miroir, écrite par Christelle Dabos, considérée comme la JK Rowling français. Si ce n'est pas le cas je vous propose de découvrir mon avis sur ce roman ou de vous plonger dans la lecture de celui-ci.


Broché : 18.00€ | Poche : 8.65€

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.


Mon avis :

Si vous n'avez jamais entendu parler de cette saga, ne serait-ce que sur d'autres blogs ou dans des revues booktube, vous vivez très certainement dans une grotte. La saga La Passe-Miroir a beaucoup fait parler d'elle lors de la sortie du premier tome en 2014 et même lors de chaque sortie des tomes suivants. Pourtant, n'ayant pas confiance en tous les bons avis des lecteurs, j'ai mis énormément de temps à me lancer dans la lecture du tome 1, Les Fiancés de l'Hiver. J'ai tout de même bien fait de tenter l'expérience : j'ai tellement aimé cette lecture que j'ai été rencontrer l'auteure lors d'une séance de dédicace sur Amiens. 

Ophélie est une jeune femme vivant sur l'arche d'Anima avec sa famille, jusqu'au jour où elle se voit fiancée, contre son gré, au mystérieux Thorn, héritier du puissant clan des Dragons. Envoyée sur la Citacielle, elle doit faire preuve d'une grande discrétion afin de se fondre dans la masse et ne pas éveiller les soupçons, car cette alliance n'est pas le fruit du hasard et pourrait bien causer de gros ennuies à Ophélie. Mais la jeune femme est bien décidée à découvrir ce qui se trame. Avec son don particulier de lire le passé dans  les objets et de voyager à travers les miroirs elle pourrait bien découvrir une sombre vérité...

L'histoire est un peu longue à se mettre en place. La première partie avant le départ d'Ophélie pour la Citacielle est un peu longue, mais permet de bien poser l'ambiance mystérieuse et glaciale du roman. Une fois Ophélie arrivée à la capitale flottante, tout s'enchaîne et devient totalement addictif. Pour moi, cette saga nous propose un univers de fantasy comme on en voit rarement. L'univers ne correspond en rien à ce que j'ai pu lire par le passé. Je ne suis pas spécialement adepte des histoires fantasy, car le schéma reste assez similaire pour chacun de ces romans, mais la Passe-Miroir propose un monde très travaillé, qui n'a rien à voir avec les histoires fantasy de chevalerie.

Ce premier tome m'a transportée dans un univers glacial et hivernal aux allures de conte de fée assez sombre. J'ai beaucoup aimé le contraste rencontré. Les Fiancés de l'Hiver est un tome mêlant poésie, couleurs, ambiance pétillante et complot mortel, sombres desseins et fourberies. Certains passages mondains m'ont d'ailleurs beaucoup fait penser aux carnavals italiens, une ambiance très mystérieuse que j'ai beaucoup aimé, me rappelant beaucoup le film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

L'écriture de Christelle Dabos est très simple, fluide et fraîche. Un univers aussi complet pour des livres jeunesse est très étonnant, mais cela marche pourtant très bien. Certains passages sont toutefois un peu longs, mais les descriptions des personnages et des paysages sont très riches et complètes. J'ai mis du temps à lire ce lire, car c'est quand même une belle brique, il faut bien l'avouer. Mais c'est aussi une histoire que j'ai dévorée d'une traite. J'ai été actrice de cette histoire, voulant à tout prix aider Ophélie dans son périple. J'ai été happée par cette histoire, qui promet une suite vraiment intéressante.

Le personnage d'Ophélie est très quelconque au début. Elle est maladroite, n'est pas spécialement jolie et est assez peureuse. Finalement, elle évolue tout au long du roman et sa curiosité lui sert finalement beaucoup. J'ai adoré Ophélie puisqu'elle prouve finalement qu'un personnage pas spécialement courageux de prime abord peut vraiment surprendre. J'ai beaucoup aimé sa tante et son oncle qui apportent une touche d'humour au roman, qui n'est pas négligeable et donne un très bon rythme à l'histoire. Il y a également beaucoup de personnages dont Ophélie doit se méfier, ce qui ajoute du piquant à l'histoire puisque je ne savais finalement pas sur quel pied danser et qui croire. Enfin, parlons un peu de Thorn, puisqu'il semble retourner le coeur de toutes les demoiselles lisant cette saga... Et bien, pour le moment, je ne suis pas tout à fait convaincue par ce personnage. Effectivement, il semble ne pas être aussi dur qu'il prétend l'être et j'ai commencé à le découvrir à la toute fin du roman. Le fait qu'il semble être du côté d'Ophélie alors qu'il n'est pas du tout enchanté par cette alliance me faire croire qu'il n'est pas si mauvais qu'il laisse le penser, mais je ne peux pas me prononce pour le moment.

La saga comporte aujourd'hui trois tomes, un quatrième tome est en cours d'écriture, mais j'ignore sa date de sortie. Pour moi c'est une saga à lire en hiver, comme vous pouvez vous en douter à la vue du titre. Cette saga, avec un univers aussi creusé et aussi riche que Harry Potter, saura vous transporter en toutes circonstances. 


Ce premier tome ouvre le portes d'un univers fantasy comme on en voit rarement. Alliant poésie, épique, féminisme et féérie... Vous en ressortirez avec des étoiles dans le yeux et une hargne à vous faire décrocher la lune


Un presque coup de coeur pour ce premier tome 


" — J’ai tué un homme.

Il avait jeté cela d’un ton nonchalant, comme une banalité, entre deux lampées de soupe. Les lunettes d’Ophélie blêmirent. A côté d’elle, la tante Roseline s’étrangla, au bord de la syncope. Berenilde reposa sa coupe de vin d’un geste calme sur la nappe de dentelle.

— Où ? Quand ?

Ophélie, elle, aurait demandé : « Qui ? Pourquoi ? »

— A l’aérogare, avant que je n’embarque pour Anima, répondit Thorn d’une voix posée. Un disgracié qu’un individu mal intentionné m’a dépêché aux trousses. J’ai quelque peu précipité mon voyage en conséquence.

— Tu as bien fait.
Ophélie se crispa sur sa chaise. Comment donc, c’était tout ? 


« Tu es un assassin, parfait, passe-moi le sel… » "

  • Partager :

Vous pourriez aimer :

1 commentaires

  1. Si l'article vous a plu, n'hésitez pas à laisser un commentaire ! :)

    RépondreSupprimer