Kaleb, saison 1 | Young Adult - Fantastique

Par Pip&Pulp - mardi 17 octobre 2017

Très chers pépins, 

Parfois, il m'arrive de relire des livres. Je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde, parce qu'on a déjà assez de livres à lire comme ça, pas vrai ?

Mais il m'arrive de me poser devant ma bibliothèque quelques instant et de remettre certains livres, lus il y a quelques années, dans ma Pile à Lire. La plupart du temps je fais cela pour replonger dans d'anciens coups de coeur, mais parfois j'ai envie de relire des livres qui ne m'avaient pas énormément plu pour voir ce que j'en pense aujourd'hui.


Le premier tome de Kaleb est un livre que j'ai lu il y a deux ans, et je me souviens avoir été déçue par ce livre. Je l'ai relu il y a quelque moi et je l'ai vu d'une manière totalement nouvelle. J'ai adoré cette relecture. Parfois il suffit de relire des livres quelques années plus tard pour réellement comprendre ce que l'on lit.


Broché : 18.00€ | Ebook : 9.99



À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.

Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?



Mon avis :

Lorsque j'ai vu la saga sur internet, bien par hasard, j'ai tout de suite été intriguée par la mention "déconseillé aux âmes sensibles". La première fois que j'ai lu le premier tome de Kaleb j'ai été déçue, mais en le relisant quelques années plus tard, ma perception des choses ayant évoluée, j'ai beaucoup plus apprécié cette relecture. Je pense qu'à 16 ans j'avais beaucoup moins conscience de la violence, qu'elle soit corporelle ou psychologique, alors qu'à 21 ans j'ai vraiment été dérangée par les scènes brutales.

Kaleb est empathe. Il parvient à manipuler les émotions des gens pour parvenir à ses fins. 
Seulement, à 19 ans Kaleb n'est pas conscient de son pouvoir et s'en sert à mauvais escient. C'est un enfant du volcan. Il n'est pas le seul à posséder des dons particuliers, mais ces derniers sont très convoités par une société secrète qui n'hésiterait pas à faire du mal au jeune homme si elle le retrouvait...

Ce premier tome est un véritable page turner. Si, à ma première lecture, j'ai eu du mal à entrer ans l'histoire, ma relecture m'a fait voir l'histoire totalement différemment. AU premier abord, cette histoire n'est pas très originale, mais l'auteur est quand même parvenue à me tenir en haleine jusqu'au bout et le fait d'avoir orienté cette saga autour de la culture islandaise ne rend cette dernière que plus intéressante. Certes, il y a de la violence, ce livre n'est pas à mettre dans toutes les mains, mais si vous aimez la littérature jeunesse et les thrillers psychologiques, Kaleb est fait pour vous.

Sous le pseudonyme Myra Eljundir se cache en réalité Ingrid Desjours et peut-être que ce nom vous dit quelque chose puisqu'elle écrit habituellement des thrillers pour adultes. Je n'ai jamais lu de romans de cette auteure, à part Kaleb, mais je trouve son écriture vraiment fluide et prenante. Elle est parvenue à rendre son histoire vraiment haletante tout en gardant une bonne part de suspens et en faisant des pauses régulières qui m'ont permis de souffler un peu.

Malgré son fort caractère et son pouvoir de manipulation, Kaleb est un personnage perdu qui ne comprend pas forcément ce qui lui arrive. Sous cette carapace se trouve un jeune homme plutôt fragile. Malheureusement, le côté sombre du personnage ressort beaucoup trop à mon goût, cette souffrance qu'il dégage et très malsaine et il n'est difficile de lui faire confiance. Kaleb est un antihéros, il est mauvais et prend beaucoup de plaisir à faire mal aux gens. Je n'aimerais pas m'y frotter et, en même temps, j'aimerais le découvrir davantage.

Certains personnages ne sont là que pour se faire manipuler, d'autres apportent vraiment une valeur supplémentaire à l'histoire. Le père de Kaleb est complètement dépassé par le comportement de son fils, il est touchant bien malgré lui et est vraiment important au dénouement de l'histoire. Robin, à la fois voisin et unique ami de Kaleb, est un personnage très intéressant et c'est aussi celui que j'ai préféré, malgré son terrible secret. Vulcan est également un personnage que j'ai beaucoup aimé, il est mystérieux et torturé mais n'hésite pas à aider Kaleb parce que c'est un EDV comme lui. En revanche, je reste sceptique concernant le colonel et son assistante...

J'ai été émue par la fin. Même si je m'attendais à un dénouement de ce type, tout s'enchaîne rapidement et la fin a été un choc pour moi. Ce coup de grâce apporté par Myra Eljundir ne peut que donner envie de lire la suite.

Un très bon page turner qui donne envie d'en savoir plus !
Si vous n'aimez pas les héros parfaits, je vous propose de lire Kaleb et de découvrir un antihéros sombre et manipulateur qui va vous faire frissonner. 


Mention bien 


Le Bien et le Mal ne sont pas si différents. Ce sont des frères jumeaux qui s’épanouissent différemment. Il suffit parfois d’un minuscule grain de sable pour enrayer la machine et inverser la tendance de chacun. Et si le Mal peut devenir le Bien, c’est que tout est possible… "

  • Partager :

Vous pourriez aimer :

1 commentaires

  1. Si l'article vous a plu, n'hésitez pas à laisser un commentaire ! :)

    RépondreSupprimer