La Faucheuse, tome 1 | Young Adult - Science-Fiction

Par Pip&Pulp - vendredi 22 septembre 2017

Très chers pépins, 

Dernièrement j'ai commencé La Faucheuse, tome 1 de Neal Shusterman. Habituellement je n'aime pas lire les livres dont tout le monde parle parce que je suis bien généralement déçue. Cette fois, même si j'ai mis plusieurs mois avant de bien vouloir le lire, je ne regrette pas de l'avoir fait.


Je vous propose aujourd'hui de découvrir ma chronique sur La Faucheuse, tome 1, de Neal Shusterman et espère vous donner envie de le lire !


Broché : 18.90€ | Ebook : 12.99€


Les commandements du Faucheur :


Tu tueras.

Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.

Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.



Mon avis :

En commençant le premier tome de La Faucheuse, je ne pensais pas que cette lecture allait être un coup de coeur. Généralement, quand l'engouement devient trop fort autour  d'un livre, j'ai tendance à avoir beaucoup trop d'attentes et à ne pas aimer autant que la majorité des lecteurs. J'avais acheté La Faucheuse quelques jours après sa sortie mais j'ai attendu quelques mois afin que la tension retombe un peu. J'ai été agréablement surprise par cette histoire et ne regrette pas de mettre lancée dans cette aventure.

MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut mourir qu’en étant glané par un faucheur professionnel. 
Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux… 

Au début, j'ai lâché l'histoire. J'avais lu quelques chapitres et, même si j'aimais bien, je ne parvenais pas à entrer totalement dans l'histoire à cause de la lenteur des premiers chapitres. Quelques mois après, j'ai tenté de continuer cette lecture et cette fois j'étais totalement dedans. Notre futur, inventé par Neal Shusterman, est absolument surprenant, je n'ai jamais lu de livres de science-fiction avec un univers aussi travaillé. J'adore le concept des Faucheurs devant glaner les humains au hasard afin de faire de la place sur terre. La mort est banalisée ici, attendez-vous à être confronté à la perte de dizaine de personnages sans ressentir de remords ou de tristesse.
Les codes des faucheurs sont très particuliers et très strictes. Il y a une confrontation entre le passé et le futur. Parfois, j'ai eu l'impression que l'histoire se passait en Italie avec le code vestimentaire des faucheurs et le respect qu'ils imposent. La Faucheuse, tome 1, propose un univers traditionnel dans un monde futuriste.

Si j'ai eu du mal avec le découpage de l'histoire, j'ai quand même réussi à m'y faire. J'ai mis 2 ou 3 semaines à lire ce roman, ce qui est rare puisqu'en général cela me prend une semaine. En revanche, j'ai lu les 100 dernières pages en une soirée. J'ai été bluffée par la fin. Si toute l'histoire est bien écrite les évènements ne sont pas totalement surprenants, en revanche les derniers chapitres m'ont tenus en haleine jusqu'au bout. Le dernier chapitre est tout simplement dingue ! Je ne m'attendais absolument pas à cette fin et c'est ce qui me permet de dire que l'auteur a un talent incroyable.

Neal Shusterman a une plume très fluide, mais une manière assez particulière de découper son histoire. Le roman commence sur les codes des faucheurs puis nous entrons directement dans l'histoire avec un point de vue externe. Pourtant, il semble y avoir deux narrateurs : l'un connait les personnages et les nomme par leur prénom, l'autre semble totalement extérieur puisqu'il les décrit pour que l'on puisse savoir de qui il s'agit, sans jamais les nommer. Les chapitres sont séparés par des passages des journaux de bord de différents faucheurs avec leur morales et leurs avis sur certains événements et certaines situations. C'est un complément à l'histoire qui apporte beaucoup et permet d'avoir un point de vue interne pour savoir ce que pensent réellement les Faucheurs, sachant que chaque faucheur à une manière bien personnelle de voir les choses.

Puis, il y a cette histoire entre Citra et Rowan. De l'amour ? De la haine ? Tout est flou. Bien évidemment, les deux adolescents pourraient être amis, sauf que lorsqu'ils apprennent que l'un d'entre eux devra tuer l'autre, tout est bouleversé. Citra et Rowan ont leur qualité comme leur défauts, parfois je les ai aimés, parfois je les ai détestés. Même si j'ai eu un peu plus de mal avec Citra. Mais Rowan sort vraiment du lot, c'est celui dont j'ai vu le plus d'évolution. J'avoue avoir un coup de coeur pour ce livre grâce à ce personnage. 
Chaque personnage est travaillé. J'ai adoré Maître Goddard. C'est le pire Faucheur qu'il puisse exister, mais j'ai tendance à adorer les très vilains personnages. Ce sont généralement ceux que personne n'aime que, personnellement, j'adore. Tout l'univers créé autour de ce personnage est magique, très mondain et chic. Le contraire de tous les faucheurs en somme.

Cette histoire est absolument dingue. J'avais des aprioris sur cette saga, mais je ne regrette pas de m'être lancée, malgré un début de lecture assez difficile.

Un univers riche et original pour une histoire qui tient en haleine jusqu'au bout ! Cette histoire est surprenante et les 100 dernières pages sont incroyables.

L'engouement autour de ce livre n'est pas exagéré, lisez-le !


Coup de coeur  


Le Thunderhead savait absolument tout. Où et quand construire une route ; comment mettre fin au gaspillage de nourriture dans le commerce alimentaire et donc comment éliminer la famine ; comment protéger l’environnement d’une population en constante croissance. Il créa des emplois, vêtit les pauvres et établit le Code mondial. Pour la première fois de l’histoire, la loi n’était plus un pâle reflet de la justice. La loi était la justice.
Le Thunderhead nous a donné un monde parfait. L’utopie dont nos ancêtres se contentaient de rêver est devenue notre réalité.
Il n’y eut qu’une chose sur laquelle le Thunderhead ne put pas exercer son autorité.
La Communauté des Faucheurs. "

  • Partager :

Vous pourriez aimer :

1 commentaires

  1. N'hésitez pas à laisser un commentaire si l'article vous a plu ! :)

    RépondreSupprimer