Multiversum, tome 1 - Young Adult | Science-Fiction

Par Pip&Pulp - mardi 8 août 2017

Très chers pépins, 

J'ai décidé de finir mes séries en cours avant d'en acheter de nouvelles. Ma Pile à lire commence à se faire très encombrante donc je ne peux plus me permettre d'entamer d'autres séries.

Récemment j'ai acheté le deuxième tome de la trilogie Multiversum de Leonardo Patrignani. J'ai lu le premier tome en janvier 2016 et je me souviens l'avoir beaucoup aimé donc je me suis décidée de finir la série cette année.


Étant donné que j'avais posté la chronique du premier tome sur mon ancien blog, j'ai décidé de la modifier un peu et de vous la re-poster ici !


Poche : 7.75 | Ebook : 7.49

Alex vit en Italie, Jenny en Australie. Ils ont 16 ans et sont reliés depuis l'enfance par un dialogue télépathique. Un jour, les deux adolescents se donnent rendez-vous sur la jetée de Melbourne. Alex et Jenny sont là mais ne se voient pas, car ils expérimentent la théorie du Multivers. L'énergie de leur amour leur permettra-t-elle de se rejoindre ?

Le premier tome d'une histoire intense dans un dédale d'univers parallèles.


Mon avis :

Très peu connu de la blogosphère, Multiversum a été écrit par Leonardo Patrignani, un auteur italien. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant de le trouver, ni de cet auteur d'ailleurs, donc autant vous dire que j'ai sauté sur l'occasion sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Je trouve la couverture très jolie, en tout cas elle colle parfaitement à l'univers du livre. Les couleurs des formats brochés sont bien plus belles mais malheureusement ces ouvrages sont presque introuvables aujourd'hui. 

Alex et Jenny se parlent depuis l'âge de douze ans par télépathie. Ce phénomène est toujours accompagné d'évanouissements, ils ne peuvent pas le contrôler et le gardent secret de peur d'être considérés comme fous. Ils ne se connaissent pas, ou du moins, n'ont pas le souvenir de s'être déjà rencontrés. 
Le jour où la tentation de se voir est trop forte, Alex saute dans le premier avion pour l'Australie pour la rejoindre, mais à l'heure du rendez-vous Jenny n'est pas là. Convaincu qu'il n'est pas fou, il tente par tous les moyens de la retrouver.

L'histoire est originale, intéressante et rapidement prenante. Son rythme s'intensifie au fur et à mesure de sa progression et donne envie de lire d'avantage. Très peu de livres parlent d'univers parallèles et cela reste un sujet très complexe qui, en se concentrant un peu, se révèle bien compréhensible sous la plume de Leonardo Patrignani. Il faut tout de même se préparer au pire en commençant ce livre, l'auteur n'est pas tendre avec ses personnages. Ayant moi-même des problèmes avec ce qui touche à la fin du monde, au vide et à tout ce qui n'est pas "palpable", j'ai trouvé l'histoire très cruelle et très dure psychologiquement parlant. Néanmoins, tout se tient à première vue, mise à part l'histoire d'amour qui est un peu exagérée, selon moi.

La plume de l'auteur est agréable, le vocabulaire choisi est simple ce qui rend la lecture fluide. Cela correspond bien à un livre jeunesse. Cependant, certains passages sont un peu flous, lorsque le Multivers devient de plus en plus présent dans l'histoire j'ai eu du mal à tout assimiler et tout comprendre, ce qui m'a valu une relecture de quelques pages. Mais globalement la lecture de ce livre a été sympathique. De là vous dire qu'elle est sans prise de tête, rien n'est moins sûr...

Il y a un contraste entre Alex et Jenny. Je n'ai pas forcément apprécié les personnages, d'ailleurs ceux-ci restent encore très peu creusés. Alex croit en ce qu'il entreprend, il est motivé et réactif et sa vie en Italie est relativement bien définie. Jenny en revanche, doute en permanence. J'ai encore un peu de mal avec sa propre vie comme si l'auteur nous avait volontairement caché des informations banales, comme la composition de sa famille, ce qu'elle fait ou aime, ses amis... De plus, je ne suis pas adepte des histoires d'amour impossibles ou tirées par les cheveux. Cette dernière est trop présente dans l'histoire. C'est la clé du livre, oui, mais à trop grandes doses elle devient lassante.

Globalement l'histoire m'a bien plue. Le gros point négatif de ce livre est l'histoire d'amour entre Jenny et Alex, bien trop théâtralisée. Aussi, je compte lire les deux autres tomes prochainement.

Si vous aimez la science fiction, le fantastique, les histoires post-apocalyptiques et les histoires d'amour, je ne peux que vous conseiller MultiversumCe premier tome marque le début d'une trilogie riche et prometteuse. 


Mention bien

Chacun d'entre eux est une ligne", pensa-t-il, et il se mit à voir chaque personne comme une ligne tracée sur une carte hypothétique. Un gigantesque enchevêtrement de routes qui se croisaient, s'effleuraient, se rejoignaient, et continuaient plus loin. Là, au-dehors, dans les rues du monde, des milliards de directions. Des voies prises de travers par hasard, parfois brutalement interrompues. Il pensa un instant que deux amoureux n'étaient que deux parcours livrés au hasard. Ils pouvaient dessiner les trajectoires les plus absurdes sur une mappemonde, se diriger partout, et ne jamais se rencontrer. Ou alors se croiser, plusieurs fois même, sans jamais se reconnaître. Ils pouvaient prendre le même autobus tous les matins, sans rien savoir l'un sur l'autre. Et ainsi de suite jusqu'à la fin de leurs jours, sans qu'il y ait jamais la moindre interférence entre leurs parcours. Et pourtant, il suffisait de si peu de chose: l'échange de quelques mots, ne serait-ce que fortuitement, et les lignes se rejoindraient comme par magie. Les traits gris des chemins solitaires ne feraient plus qu'une seul route. "

  • Partager :

Vous pourriez aimer :

1 commentaires

  1. Si l'article vous a plu, n'hésitez pas à laisser un commentaire ! :)

    RépondreSupprimer